1998-2007
EXPLORATION

fleche
Sarto

En 1996, Sarto Gendron endosse seul la direction artistique de Bluff suite aux départs des deux autres membres fondateurs , Pierre-Yves Bernard et François Hurtubise.

Désirant aborder des thèmes et des enjeux sociaux actuels,
il met de l’avant une dramaturgie engagée et ouverte
qui se rapproche encore plus de l’adolescence. 
La réflexion et l’esprit critique des jeunes spectateurs
sont stimulés par des spectacles tels que etiEn (2002)
et D’Alaska (2007) notamment.

Dans cette deuxième section, découvrez le métier de scénographe
et comparez les décors de deux spectacles, etiEn et Les Haut-Parleurs.



Réalisés avec 13 ans d’intervalle, tous deux ont été conçus par Simon Guilbault.
Observez bien les caractéristiques de chacun.
Pouvez-vous dégager des similitudes entre ces deux propositions scénographiques?



Puis, poursuivez vos découvertes
avec un concepteur de costumes qui vous parle de son métier ainsi
qu’avec les magnifiques costumes de D’Alaska, une pièce créée en 2007.

fleche

Les décors

Patrice Charbonneau-Brunelle nous parle
de son métier, il est scénographe.

etiEn

etiEn

etiEn

Étienne Villeneuve s’est réfugié dans une étrange maison, à l’abri de tous les regards. De là, grâce à un équipement informatique à la fine pointe, il observe la société et pirate les fichiers des grands de ce monde, tout en déjouant les pièges tendus par un redoutable agent de la GRC. Parallèlement, en chattant, Étienne entreprend avec sa mère une relation nouvelle qui l’aidera à mieux comprendre le sens de son existence.

etiEn

etiEn

Texte : Sarto Gendron
Mise en scène : Michel Bérubé
Avec : Chantal Baril
(comédienne substitut : France Parent),
Mario Borges, Pierre Monet-Bach et Joachim Tanguay



Assistance à la mise en scène : Chantal Labrecque
Scénographie : Simon Guilbault
Costumes : Laurent-Michel Tremblay
Accessoires : Alain Jenkins
Musique originale : Larsen Lupin
Éclairages : Anne-Catherine Simard-Deraspe

Le décor représente 3 lieux distincts associés à chacun
des personnages de la pièce.

Au centre, se trouve le repaire d’Étienne, jeune hacker révolté, qui s’est bâti un laboratoire ordinique clandestin. Les peintures que vous voyez en arrière-plan sont des reproductions des œuvres de l’artiste Arthur Villeneuve. À jardin, il y a l’environnement de la mère, tantôt dans sa voiture, au bureau ou à son appartement. À cour, c’est le bureau de l’agent de la GRC, qui tente par tous les moyens de capturer Étienne.

L’une de particularités de cette pièce est que les personnages utilisaient des appareils électroniques pour se parler. Ils ne se regardaient jamais, jouant toujours face au public.

etiEn

Décor : Simon Guilbault. Photo : Louise Leblanc. Collection Théâtre Bluff.

etiEn. Comédiens : Chantal Baril, Joachim Tanguay et Mario Borge.
Photo : Louise Leblanc. Collection Théâtre Bluff.

etiEn. Comédiens : Chantal Baril et Joachim Tanguay.
Photo : Louise Leblanc. Collection Théâtre Bluff.

etiEn. Comédiens : Mario Borge, Joachim Tanguay et Chantal Baril.
Photo : Louise Leblanc. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs

Les Haut-Parleurs

haut parleur

Les Haut-Parleurs raconte l’arrivée du Fils, seize ans, dans une nouvelle ville au début d’un été qui s’annonce chaud et ennuyant.

Alors que tout le monde a quitté pour les vacances, le Fils se lie d’amitié avec le Voisin, un sexagénaire esseulé, qui lui fera découvrir le monde infini de la musique. Puis, le Fils rencontre Greta, une ado de son âge au caractère explosif, avec qui il trompera l’ennui. Mais comme dans toutes les petites villes, il existe un ordre établi. Quand les cloches de la cathédrale arrêtent de sonner, on peut entendre toutes sortes de rumeurs qui circulent, des rumeurs qui forceront le Fils à se redéfinir.

Une vibrante fable qui donne à entendre l’écho de tout ce qui est fragile et qui met en lumière les traces que peut laisser l’autre sur notre vie.

Les Haut-Parleurs

Les Haut-Parleurs

Texte et mise en scène :
Sébastien David
Avec : Marie-Hélène Bélanger,
Guillaume Gauthier et Richard Thériault

Assistance à la mise en scène et régie :
Catherine Comeau
Décor : Simon Guilbault
Costumes : Pierre-Luc Boudreau
Éclairages : Martin Sirois
Conception sonore : Olivier Girouard
Mouvement : Sarah Dell’Ava
Direction de production et technique : Nicolas Fortin
Équipe technique de tournée : Nicolas Fortin, Alexi Rioux,
Michel St-Amand, Francis Vaillancourt-Martin

Le dispositif scénique des Haut-Parleurs, tout comme celui d’etiEn,
joue sur l’évocation d’un espace plutôt que sa représentation réaliste.
Le but est de suggérer un environnement, laissant au spectateur le soin d’imaginer ce qui n’est pas montré.

Rappelant une œuvre contemporaine, le décor est composé d’une structure principale sur roulettes, qui se meut sur un tapis aux couleurs éclatantes, rappelant la chaleur étouffante de l’été. Cette installation mobile découpe l’espace, permet de jouer en hauteur et représente tous les lieux de la pièce : l’appartement du Voisin, le frigo à bières du dépanneur, le bord du lac, la forêt, la cathédrale, etc. Les éclairages et l’habillage sonore permettent d’indiquer clairement aux spectateurs le lieu où se situe l’action. Les galets, entassés au devant de la scène, représentent notamment le chaos et ajoutent une touche organique à l’ensemble.

etiEn

Maquette préliminaire des décors.
Crédits photos : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff

Les Haut-Parleurs. Maquette préliminaire des décors.
Photo : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Maquette préliminaire des décors.
Photo : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Maquette préliminaire des décors.
Photo : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Maquette préliminaire des décors.
Photo : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Maquette finale (en noir et blanc).
Photo : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Maquette finale.
Photo : Simon Guilbault. Collection Théâtre Bluff.

Les décors sont testés avec des échafauds. Comédiens : Marie-Hélène Bélanger, Richard Thériault, Charles-Alexandre Dubé et Sébastien David.
Photo : Caroline Laberge Collection Théâtre Bluff.

Décors finaux. Comédiens : Richard Thériault, Guillaume Gauthier et Marie-Hélène Bélanger.
Photo : Yanick Macdonald Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Décors finaux. Comédiens : Marie-Hélène Bélanger, Guillaume Gauthier.
Collection Théâtre Bluff

Décors finaux. Comédiens : Marie-Hélène Bélanger, Guillaume Gauthier et Richard Thériault.
Photo : Yanick Macdonald. Collection Théâtre Bluff.

Les Haut-Parleurs. Décors finaux. Comédiens : Guillaume Gauthier.
Photo : Yanick Macdonald. Collection Théâtre Bluff.

Les costumes

Pierre-Luc Boudreau nous parle de son métier,
il est concepteur de costumes.

D’Alaska

etiEn

D’Alaska

Un soir, Aujourd’hui, fugueur de 14 ans en rupture
avec le monde, fait irruption dans la maison
de Madame, bibliothécaire retraitée de 70 ans.

Ces deux êtres si différents s’apprivoiseront et
traverseront ensemble des épreuves similaires :
elle, le départ de son amoureuse et lui, le
déménagement de son meilleur ami.

Cette rencontre abrupte, qui aurait tout pour
être un dialogue de sourds, se transforme
doucement en une relation privilégiée où, à
force d’écoute et d’observation, l’autre peut
enfin arriver à se révéler tel qu’il est.

D'Alaska

D’Alaska

Texte : Sébastien Harrisson
Mise en scène : Frédéric Dubois
Avec : Louisette Dussault et Christian E. Roy

Assistance à la mise en scène : Lison Plante
Scénographie : Olivier Landreville
Éclairages : Martin Gagné
Costumes : Joannie D’Amours
Musique originale : Ludovic Bonnier
Accessoires : Alain Jenkins
Direction technique : Dominique Gauthier

Comédiens : Louisette Dussault et Christian E. Roy. Conceptrice des costumes : Joannie D’Amour. Collection Théâtre Bluff.

Comédiens : Louisette Dussault et Christian E. Roy. Conceptrice des costumes : Joannie D’Amour. Collection Théâtre Bluff.

Comédiens : Louisette Dussault et Christian E. Roy. Conceptrice des costumes : Joannie D’Amour. Collection Théâtre Bluff.

L’un des défis dans la conception des costumes de D’Alaska était de
bien marquer la différence d’âge entre les personnages du jeune adolescent et de la bibliothécaire retraitée, au début de la pièce.

Pour y parvenir, on a tenté de rajeunir le comédien Christian E. Roy qui jouait le jeune Aujourd’hui, en l’affublant notamment d’une casquette
et d’une veste à capuche.

Croquis des costumes

Croquis des costumes

Conceptrice des costumes Joannie D’Amour. Collection Théâtre Bluff

Autre fait intéressant, la pièce se déroule sur plusieurs années.
Il fallait donc le marquer dans la tenue vestimentaire des personnages.

Remarquez comment le passage du temps est particulièrement apparent
dans l’évolution de l’habillement du jeune garçon. Son allure nous montre
peu à peu qu’il devient un homme.

Croquis des costumes

Costumes finaux

Conceptrice des costumes Joannie D’Amour. Collection Théâtre Bluff

Costumes finaux

Costumes finaux

Conceptrice des costumes Joannie D’Amour. Collection Théâtre Bluff

question

Qu’est-ce que ça prend pour être un bon concepteur de costumes ?

Une bonne écoute, une bonne compréhension des corps et des silhouettes, se rappeler qu’on travaille avec des humains

question

Qu’est-ce que la patine ?

La patine est un traitement (peinture ou usure) qu’on donne à la matière afin de la vieillir ou pour la travestir en quelque chose d’autre. Par exemple : faux bois, faux marbre, fausse pierre.

voir la suite